Jardin de nuit (15)

Publié le par La Renarde

15. 20 novembre

Pourtant, il y avait les colères. Les « vieux verts » étaient capables de ressentir des colères. Je voyais bien. Quand mon grand-père leur parlait de leur allégeance à l’homme, de leur bêtise à se laisser couper et tailler et à pousser ensuite dans le sens que voulait l’homme. Et à s’étonner après quand ils s’apercevaient que certains d’entre eux mourraient en ligne ou en cercle. C’était certes la bêtise des hommes mais c’était aussi la bêtise des vieux verts.

 

Mon grand-père disait que le seul « vieux vert » vraiment libre c’était la morille. Personne n’avait jamais pu trouver comment la cultiver. Même la truffe s’était laissé domestiquer. La morille était libre, totalement, bellement libre. 2010 08 17 023 R

Publié dans Jardin de nuit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> <br /> je subodorre ... toi, tu aimes la morille!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Oui, mais pas terriblement le veau! C'est dommage!<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> <br /> Je n'y avais jamais pensé ... mais c'est vrai pour la morille!<br /> Je te souhaite une bonne fin d'après-midi<br /> Un bisou amical<br /> Viviane<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> si je reviens un jour sur terre, je choisirais la morille alors!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Toujours trés interessant a lire ton jardin et ta jeunesse , je reviens ce soir lire les articles précédents , bonne soirée Anne , amitié !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre