Jardin de nuit (34)

Publié le par La Renarde

34. 8 novembre

Mon grand-père nous avait tous réuni sous la pleine lune. J’étais assise sur des cailloux pointus – car il était bien sûr impensable que je ne m’asseye sur l’herbe de la pelouse : elle aussi était toute oreille et n’aurait certainement pas apprécié que je lui marche sur le pied. Il faudrait d’ailleurs que je regarde de plus près les pieds et les oreilles des plantes car cela restait un grand mystère.

 

Il s’éclaircit la voix et regarda son assemblée avec attention. Je savais qu’il voulait faire monter la tension. Il expliqua la guerre de tranchées, la guérilla, les attentats, l’affrontement en face à face, l’empoisonnement… C’était un savoir que je ne connais pas, par contre, je reconnaissais bien les définitions du petit Larousse et je comprenais mieux pourquoi il avait passé la journée, la tête enfouie dans ce gros truc.

 

2010 08 17 059 R

Publié dans Jardin de nuit

Commenter cet article

Maria Dora 09/11/2010 01:38



Je me serais assise sur un gros caillou plat pour étre plus a mon aise pour écouter ton grand pére ! Amitié Anne ! A bientot !



CatherineD 08/11/2010 21:23



pourquoi s'assoir dans les cailloux pointus?